Casinos et clubs de jeux : une CFDT combative malgré l’absence de dialogue social

Publié le 23/10/2020

Face à un patronat préoccupé à réduire ses effectifs, la CFDT tente de maintenir l’activité en s’adressant au Premier ministre et en appelant à la mobilisation des acteurs du secteur.  

Refus du dialogue social, dissensions internes dans le patronat : les salariés de la branche Casinos ne sont pas à la fête. Alors que les choses paraissaient bien engagées pour négocier en octobre sur les minimas sociaux, le travail de nuit et l’aménagement du travail des salariés âgés, le patronat a purement et simplement annulé la négociation ! Ce même patronat semble plus préoccupé à réduire ses effectifs en diminuant les jeux de table et les machines à sous au profit de jeux électroniques qui nécessitent que peu de personnel.

La CFDT de la branche (3e organisation syndicale avec 24,13 %) voulait obtenir des explications sur ce sujet mais le patronat a coupé court à tout échange. « Casinos de France ne se contente plus de s’opposer à l’extension d’accord signé comme celui sur la pénibilité en début d’année ou de faire capoter les travaux sur le guide sanitaire de la branche, maintenant ils annulent tout bonnement les réunions », déplore la CFDT. Celle-ci est bien mal payée de son engagement en faveur la profession comme en témoigne sa volonté de rouvrir des établissements en journée dans le plus strict respect des gestes barrières.

Une lettre au Premier ministre

De fait, la crise sanitaire vient à nouveau contraindre le secteur à des fermetures. Les 200 établissements que compte le pays, soit près de 16 000 salariés, avaient obtenu de rester ouverts dans la journée en adoptant un protocole sanitaire strict. Mais depuis la mise en place des zones d’alerte maximale, les établissements concernés, soit une centaine d’entre-eux, sont fermés. Serge Piccone, l’un des cinq négociateurs CFDT de la branche, a adressé au Premier ministre une lettre expliquant que cette mesure met en danger l’emploi de nombreux salariés et demande la réouverture de ces casinos en journée de 6 h à 21 h. Pour appuyer cette demande, la CFDT appelait de ses vœux une mobilisation avec les directions des casinos concernés, les autres organisations syndicales. Pour l’instant, elle reste sans réponse.

dblain@cfdt.fr