Mon employeur a-t-il le droit de diminuer mon salaire à cause du contexte économique et sanitaire actuel ?

Publié le 20/09/2020 (mis à jour le 05/04/2022)

Non, votre employeur ne peut pas décider de baisser le salaire des salariés sans leur accord et même si l'entreprise est en difficulté à la suite du covid-19. 

Le Coronavirus, en lui-même, n’est pas un motif de diminution des salaires. Il faut qu’il ait entraîné un motif économique réel et sérieux. La rémunération est un élément essentiel du contrat de travail, le salaire de base, mais aussi pour les primes : les éléments de la rémunération qui figurent dans le contrat de travail ne peuvent pas être modifiés par l'employeur.

L’employeur ne peut pas le modifier unilatéralement, sans obtenir l'accord préalable du salarié. Si l'employeur prend une décision contraire à cette règle, il encourt des sanctions.                                                                                                                        

Cependant, les éléments de la rémunération qui ne figurent pas dans le contrat de travail mais qui découlent d'un usage ou d'un accord collectif dans l’entreprise, peuvent être unilatéralement baissés voir supprimés par l’employeur, sans l’accord du salarié. En revanche, l’employeur doit dénoncer ou réviser l’accord d’entreprise avant de pratiquer la diminution des revenus.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

Une baisse des salaires pour des raisons économique :                                                                                                                                      

Si l’employeur envisage la modification d'un élément essentiel du contrat de travail pour un motifs économiques énoncés à l'article L. 1233-3, celui-ci doit le faire par lettre recommandée avec avis de réception. Les salariés disposent d'un mois à compter de ce recommandé pour faire connaître son refus. Le délai est de quinze jours si l'entreprise est en redressement judiciaire ou en liquidation judiciaire. A savoir : Sans réponse du salarié dans le délai requit, il est considéré, que le salarié est accepté la modification proposée. En revanche, le salarié a le droit de refuser, mais il s'expose dans ce cas à un licenciement économique.                                                                                                                                                                                        

En revanche, les ordonnances Macron de 2017 ont introduit le dispositif d’accord de performance collective (APC). Celui-ci, permet d’imposer au salarié une baisse de sa rémunération si un accord d’entreprise ou de groupe est pris en conclu afin de répondre aux nécessités liées au fonctionnement de l’entreprise ou en vue de préserver l’emploi. Par conséquent, la baisse de salaire peut concerner le salaire fixe et la variable mais il ne peut‑être en dessous du SMIC et des salaires minima conventionnels. Dans le cas de la mise en place d’un accord APC, celui-ci se substitue au contrat de travail, sans que l’accord du salarié ne soit requis. Si le salarié s’y oppose, il risque le licenciement pour faute.